Découvrir et se ressourcer dans le Delta du Mékong


Difficile de quitter le Vietnam sans avoir au moins aperçu le fameux Delta du Mékong. Cependant, après avoir regardé quelques avis sur cette région, nous avons remarqué que tout le monde faisait exactement la même chose et ça ne nous tentait pas vraiment d’entrer dans les chiffres des n-ièmes touristes passant par là. De plus, les images que nous avons vu ne nous donnaient pas spécialement envie. Et enfin, à force d’avoir accumulé un trop grand retard dans nos écrits, il nous fallait nous poser pour travailler. Bref, vous l’aurez compris, nous n’étions pas prédestinés à nous retrouver là-bas. Mais finalement, nous avons tout de même fait le choix d’y passer au moins une nuit et aujourd’hui, on peut l’avouer : nous regrettons de n’y être pas resté plus longtemps…

Le Mékong est un fleuve gigantesque (le plus grand d’Asie du sud-est) qui provient du Tibet, traverse la Chine, le Laos, le Cambodge et le Vietnam, avant de se jeter dans la mer de Chine Méridionale au niveau du Delta du Mékong justement. Dans cette région, le Mékong sépare plusieurs fois la terre, obligeant ainsi la population à mener une toute autre vie, à la fois terrestre et maritime.

Même si nous nous attendions à réaliser un « tour » connu de tous les touristes, tant qu’à faire, autant nous en éloigner le plus possible et trouver un petit coin sympa. Dans ce cas là, il fallait proscrire My Tho et Ben Tre, bien trop proche d’Hô Chi Minh et des tours d’une journée. C’est ainsi que nous avons entendu parler de l’île de An Binh et de la Guest House « Nguoc Sang » que nous recommandons les yeux fermés. Cette île a élu domicile juste en face de Vinh Long. Le lieu parfait pour se reposer sur un hamac au bord de l’eau, s’imprégner de la vie paisible de An Binh (avec peu de touristes en plus) et partir en bateau avec vos hôtes pour découvrir l’atmosphère du Mékong, sans oublier un dîner digne d’un palace (Vous trouverez toutes les informations de cette Guest House en bas de page ainsi que les infos pratiques pour vous rendre à An Binh) !

Nous sommes arrivés à Vinh Long depuis Hô Chi Minh sur les coups de 13h. Nous n’avions qu’un nom en tête : l’île de An Binh, pour être au calme. Comme le bus nous avait lâché assez loin de l’embarcadère, nous avons opté pour un xe om (une moto-taxi) puis nous sommes arrivés juste à temps dans le ferry pour An Binh entourés de Vietnamien en scooter qui faisaient leur traversée quotidienne (l’île se trouve à même pas 5 minutes en ferry).

Ferry de Vinh Long a l’ile An Binh

Nous avons rien réservé à l’avance car on s’attendait à être accosté de toute part par un grand nombre de Guest House. Puisque personne n’était au rendez-vous, nous avons donné le seul nom que l’on connaissait : « Nguoc Sang« . Et peu de temps après, nous nous retrouvions dans une Guest House familiale allongés dans leurs hamacs confortables. Après le bruit constant de Hô Chi Minh, on peut vous dire que ça fait du bien.

Puisque des vélos étaient à notre disposition, nous avons décidé d’aller faire le tour de l’île. L’eau du Mékong forme des petits îlots de terre sur lesquels les maisons sont construites au milieu d’une grande végétation. Seuls des ponts ou des planches permettent de faire la liaison entre les maisons et les chemins qui parcourent l’île. Vu la largeur des chemins, les moyens de locomotion les plus courants ici restent le vélo et le scooter (et croyez-nous quand on se croise, on serre les fesses pour ne pas tomber dans l’eau…).

18h30, c’est l’heure du dîner ! Au menu : nems, puis rouleaux de printemps réalisés par nous-même avec une feuille de riz dans laquelle on place des vermicelles, des crudités, de la coriandre, de la menthe et surtout le fameux poisson éléphant. Ça c’était juste l’entrée… S’en suit du poulet avec une sauce délicieuse et du riz. Et enfin des fruits et du thé. Ça fait bien longtemps que nous avons pas mangé comme cela ! Autour de ce repas, on fait la connaissance de Julie et Adrien, un couple de kinés passionnés de voyage, avec qui nous nous entendons immédiatement !

Delta du Mekong

Levés à 5h28, la tête dans le pâté, on se dirige vers notre embarcation à la découverte du Mékong. Le coq a déjà « sonné » et toute l’île s’active petit à petit ! Pour le petit déjeuner, du pain, une vache kiri (c’est le seul fromage qu’on peut trouver ici…) et des bananes. Comme le soleil se lève à peine, la lumière est magnifique. Personne n’ose parler de peur de louper chaque détail qui se joue devant nos yeux (sans doute aussi car il est un peu 6h du mat…).

Il faut savoir que l’eau du Mékong n’est pas très jolie en soi : elle est marron et remplie de plantes qui flottent et s’éparpillent avec le courant. En revanche, là où tout devient intéressant c’est quand la vie maritime prend vie devant nos yeux au niveau du marché flottant de Cai Be. Sur les bords, des maisons sur pilotis et stations services sont là pour simplifier la vie des bateaux. Sur l’eau, des bateaux de toutes les couleurs s’activent et vendent des fruits et légumes. Avec leurs allers et venues, on croirait voir un ballet se jouer devant nos yeux… Il parait que ce sont des familles qui vivent uniquement sur leur bateau (et c’est pas le Titanic alors mieux vaut bien s’entendre avec son conjoint !). L’astuce pour savoir ce qu’ils vendent : ils placent un arbre dans leur bateau avec le fruit qu’ils vendent en haut. Pratique non ? Bon… sauf quand c’est une pastèque !

Marché flottant au Delta du Mékong

S’en suit alors une succession de découvertes culinaires : dégustation de thé au miel et de fruits exotiques à bord d’un bateau et dans une plantation d’arbres fruitiers (dont le fruit montgolfière : le Jack Fruit ou jaquier).

jacque fruit

Puis, on s’arrête dans une fabrication de divers produits locaux où nous aurons bien évidemment le droit de tout goûter et heureusement car tout était vraiment délicieux. On apprend comment ils font du riz soufflés mais aussi des nouilles de maniocs soufflées (si si ça existe !). Ils cuisent le riz comme du poc-corn en le faisant « poper » dans un sable noir très chaud. Pour donner une saveur à tomber par terre c’est simple, ils mettent du lait de coco et des cacahuètes dans à peu près tous les produits sucrés. Comme c’est le cas de leurs caramels au lait de coco (« cha colle aux dents« ) !

C’est ici même que l’on perce enfin le mystère des galettes de riz qui portent des motifs un peu tressés. Tout simplement car elles sont séchées sur des paniers. Enfin, avant de repartir on déguste de l’alcool de riz à la banane pour les filles et aux serpents pour les mecs (car il parait que ça rend plus vaillant au lit ! Mais par contre… si une fille en prend « vous les hommes vous avez intérêt à vous cacher…« , dixit le guide !).

Il est déjà l’heure de repartir. Juste le temps de faire un dernier tour en barque à 4, dans les petits recoins du Mekong, pilotée par une Vietnamienne à bout de bras et voilà que le Mékong est déjà derrière nous…

barque au Delta du Mekong

Ce fut vraiment une expérience incroyable et nous ne regrettons pas d’avoir choisi de la faire. En plus, ça nous aura permis de rencontrer Julie et Adrien que nous comptons bien retrouver au Cambodge par la suite car comme on a bien sympathisé, on ne veut plus les quitter ! En tout cas si vous avez un peu de temps, n’hésitez pas à rester un jour supplémentaire pour profiter du calme du Mékong. Dans notre cas, nous retournons à Hô Chi Minh car l’appel du travail se fait sentir…



Top 6 les marchés flottants du Delta du Mékong

juillet 24, 2020

Grâce au don de la nature de nombreuses rivières, les anciens habitants du delta du Mékong ont appris à s’adapter à l’environnement. Et leur héritage est une culture fluviale incroyable. Les marchés flottants du delta du Mékong font partie intégrante…  Lire plus